L’église Saint-Martin

Cette église fut construite en 1502.

Le 12 août 1636, les Espagnols mirent le feu à cet édifice.

La façade ne fut pas atteinte par cet incendie, l'ornementation de cette partie de l'édifice est riche : de larges moulures creuses, dont le fond est tapissé de reptiles et de ceps de vigne encadrent le grand portail.

 

Entre les deux vantaux, s'élève un pilier surmontant une niche, elle-même surmontée d'un dais très riche.D'autres niches se voient également des deux côtés de la porte.

 

Au-dessus du portail règne une galerie ornée d'une balustrade et de gargouilles. Le clocher, placé sur la façade, présente des animaux fabuleux à profusion.

 

À l'intérieur, les fonds-baptismaux en pierre sont enrichis de sculptures représentant des fleurons et des feuillages.

Le bâtiment est inscrit au titre des monuments historiques depuis le 5 mai 2011.

 

La Chapelle de Sainefontaine 

Située près du moulin du même nom, elle a longtemps été le but d'un ancien pèlerinage très fréquenté.

Reconstruite en 1775 comme nous l'apprend l'inscription qu'on voit encore sur le bâtiment.

Ce petit édifice, dévasté pendant la révolution, fut rétabli en 1805 par les soins de Samson et Louis Lefebvre, de Bulles.

 

Le Moulin de Saine Fontaine

Construit en 1803 par François Joly, meunier, au confluent du ru de Saine-Fontaine et de la Brêche, ce moulin à blé fut employé par une scierie d'os durant près d'un demi-siècle avant de devenir une cartoucherie en 1906.

De 1908 à 1926, il devient une usine électrique puis de 1930 à 1985, une fabrique de découpage, emboutissage, tubes métalliques, présentoirs.

 

Le Moulin de Monceaux

Situé légèrement en dehors du hameau de Monceaux. Il servait à battre l’huile.

Fondé en 1796, il devient en 1840, un moulin hydraulique pour apprêter chaque année 150 hectolitres de cameline, d’œillette et surtout de colza.

Il a trois paires de meule, utilisant une force de 8 chevaux.

Aujourd’hui, il est la propriété de Monsieur Corbière

 

La source "saine fontaine"

Toutes sortes de malades affluaient jadis vers cette source.

Profitant d’un tel label, cette même eau a été, jusqu’à notre époque, mise en bouteilles plastiques et commercialisée.

 

Moulin du châtelet 

Situé à la sortie Sud-Ouest du village, au bord de la D94, c'était un moulin à blé appartenant au prince de Condé, comte de Clermont.

Reconstruit en 1818 et pourvu d'une chute de 2,30 mètres, il est connu sous le nom de « moulin de Bulles » depuis 1918. De 1890 à 1936, il abritait une scierie de bois et une fabrique des manches à balais.

 

Lavoirs

Bulles possédait des lavoirs qui n’existent plus à ce jour et qui étaient situés :

Prés du Petit Marais au bord du ruisseau de Saine-Fontaine. Un barrage avec un système de vanne permettait alors d’augmenter la hauteur de l’eau. 

Une carte du début 1900, nous montre ce lavoir situé sur la Brèche non loin de la rue du Houssoy en face la pisciculture.

Il comportait 4 travées.

A Monceaux, rue de Beauvais au bord d’un ruisseau.

A Lorteil, chemin de Wariville.